Une pédagogie traditionnelle et différentiée : l’enfant au centre des apprentissages

Groupe hétérogène :
 
Une pédagogie adaptée au rythme de l’enfant et à son développement psychomoteur. Respecter les besoins fondamentaux des enfants de 2 ans est nécessaire, à son leur épanouissement. Une méthode active et interactive mettant l’enfant au cœur des apprentissages. Les enfants ne sont pas de petits adultes, l’école doit tenir compte de leurs besoins quotidiens  et adopter la méthode la plus adaptée. L’enseignant évaluera les connaissances, les attraits, les intérêts, le degré d’autonomie de chaque enfant afin de constituer des groupes de niveaux suscitant et renforçant l’envie d’apprendre, d’échanger.
 
Groupe non hétérogène :
 
Selon Philippe MEIRIEU, la pédagogie différenciée part du constat que dans une classe, un professeur doit enseigner à des élèves ayant des capacités et des modes d’apprentissages très différents. Elle tente de donner une réponse à cette hétérogénéité des classes par des pratiques adaptant  à chaque élève, les programmes d’études, l’enseignement et le milieu scolaire. Bien souvent, l’enseignant ne va plus être le centre de la classe mais va mettre l’enfant ou l’activité comme intérêts central. De plus, ces pédagogies ont souvent pour but le développement personnel de l’enfant.
   
  Une pédagogie différentiée pour :
 
• Rendre l’enseignement plus efficace, plus intéressant, plus amusant
• Aider les élèves à utiliser leurs capacités dans des groupes hétérogènes et multiculturels en tenant compte de leur diversité de niveau, d’intérêts, de rythmes d’apprentissage, de circonstances personnels de motivations
• La psychologie des apprentissages : La dynamique de groupe
• Développer l’intelligence, la mémorisation et la communication orale.

La méthode utilisée pour l’apprentissage des langues

Pourquoi enseigner les langues le plus tôt possible ? Quels sont donc les avantages à commencer l’enseignement d’une langue de manière précoce ?
 
 On peut considérer les recherches récentes des psycholinguistes. Les travaux des quinze dernières années montrent que, dès la naissance, l’oreille et le cerveau humains ont la faculté de percevoir et traiter des distinctions très fines entre les phonèmes appartenant aux langues maternelles.
 
 Cette sensibilité aux contrastes phonétiques s’amenuise progressivement au profit des seuls phonèmes de la langue de l’environnement. La plasticité du cerveau du jeune enfant est telle qu’il apprendra les langues, et beaucoup d’autres choses d’ailleurs, avec une facilité interdite à l’adulte ; ce fait est reconnu et à prendre en compte, à l’avenir si l’on veut donner à l’enseignement des langues étrangères sa juste place dans les écoles.
 
Qu’est-ce qu’il faut faire en classe, pour mener à bien cet enseignement ?
Les besoins , les personnalités des enfants sont à construire ,donc c’est l’enfant qui doit être le protagoniste de son évolution avec l’aide d’un adulte, il s’agit de choisir une approche visant la centralité de l’enfant et la disponibilité d’un enseignant compétent et capable de répondre aux situations dynamiques qui vont se créer dans des classes d’enfants si petits. Quels enjeux pour le monde de demain ?
 
Ce qui est vrai c’est qu’il n’y a qu’à se mettre à l’écoute des enfants (Piaget), savoir percevoir leurs besoins, savoir évaluer leur potentiel cognitif pour les aider à se développer avec l’aide d’un adulte compétent.
 
 L’approche choisie est Ludique-Dynamique, le mot ludique renvoyant a toute une série d’activités joyeuses centrées sur la mobilisation de l’intérêt des enfants de la maternelle, sur participation spontanée et volontaire au jeu parce qu’ils s’y reconnaissent et qu’ils le partagent.
Le mot dynamique met l’accent sur le processus qui se construit en spirale ouverte sous les yeux des enfants et des enseignants toujours actifs et toujours disponibles, pendant l’heure de français, pour ajuster, réajuster et reformuler les activités proposées au moment où l’intérêt des enfants baissent. Dynamique donc, inscrite dans la dynamique de l’évolution des besoins des enfants.

La méthode utilisée pour l’apprentissage des arts

Le rythme et la musique ont été les deux ressorts les plus féconds pour capter l’attention des enfants, excité leur curiosité et simuler leur imaginaire. Le rythme et la musique ont été le contexte de communication entre l’enfant et le monde.
 
L’utilisation des disciplines artistiques est donc primordiale si l’on veut susciter le plaisir d’apprendre et développer la créativité .Ainsi, tout est possible en classe de langues : dessin, musique, théâtre, jeux etc. 
 
Il reste à définir deux dimensions importantes : La dimension cognitive et affective. Ces deux perspectives sont également fondamentales et sont deux piliers de l’enseignement.
 
La dimension affective, quant à elle, vise à modifier les représentations qu’ont les apprenants de la culture cible. Un tel travail va permettre d’avoir une influence sur les attitudes, la motivation ; l’apprentissage efficace est tributaire des émotions des apprenants, et la vie affective des enfants influencera véritablement leurs performances.
 
Selon les pédagogues, le tout est de développer une attitude positive, ce qui aura le même effet sur l’apprentissage que l’on essaie de mettre en place.
 
Il semble y avoir l’unanimité sur l’importance que revêt l’apprentissage des arts et des langues dès le plus jeune âge, pour l’avenir économique et politique de notre planète, il n’en est pas de même en ce qui concerne les moyens pour arriver à un enseignement efficace et moderne des langues étrangères aux jeunes enfants .

Les relations école-maison

Cycle 1
 
Mise en place d’un cahier de vie avec pour objectifs :
 
• Etablir  un lien étroit entre l’école et la famille
• Provoquer des situations de langage en permettant de raconter son vécu
• Donner une place réelle à l’écrit dès le plus jeune âge
• Constituer une mémoire de cette année d’école
 
Organisation de temps d’échanges  parents/enseignants
 
• 1 réunion par an  en début d’année pour expliquer le fonctionnement de l’école, le niveau de la classe, le programme, l’organisation des activités
• Chaque fin de mois, le cahier de vie et une porte vue contenant les activités pédagogiques sont  transmis aux parents, l’enseignant prend le temps d’expliquer à chaque parent l’évolution et la progression de leur enfant.
• Des entretiens individuels à la demande des parents
• Prendre le temps d’accueillir  les parents avec leurs enfants qui ont besoin aussi d’être rassurés
• Informer la progression des enfants tous les mois. (Remise des fiches activités et du cahier de vie).
 
Cycle 2 et 3
 
Organisation de temps d’échanges  parents/enseignants
 
• 2 réunions par an  pour expliquer le fonctionnement de l’école, le niveau de la classe, le programme, l’organisation des activités
• Chaque fin de trimestre, une réunion générale et des entretiens individuels durant lesquels les activités pédagogiques, les livrets de compétences sont  transmis aux parents, l’enseignant prend le temps d’expliquer à chaque parent l’évolution et la progression de son enfant.
• Prendre le temps d’accueillir  les parents avec leurs enfants qui ont besoin aussi d’être rassurés
• Informer la progression des enfants à chaque période avant les vacances scolaires.
  • Une réunion bilan en fin d’année
 
Des échanges autour de moments conviviaux
 
  • Semaine du gout : dégustation avec les parents et les élèves (octobre)
  • Vernissage et exposition des œuvres réalisées par les élèves (novembre)
  • Gouter spectacle de fin d’année (décembre)
  • Galette des rois partagés avec les parents (janvier)
  • Défilé de carnaval au sein de l’école (février)
  • Chasse aux œufs (avril)
  • Fête de fin d’année : danse, théâtre, poésie, chant ; nombreux stands (maquillage, pêche aux canards, jeux gonflables,…).( juin)